Porcelaine froide : test

Re ! (finalement, je poste tout de suite 😉
.
Aujourd’hui, résultat des tests :
« faire une cane avec la porcelaine froide« 
Vous trouverez tout un tas de super infos sur cette matière et des réalisations à tomber ici, chez Natasel. Cette pâte se fabrique à la maison, à partir d’ingrédients qu’on peut trouver ici : sur le site de « ma porcelaine froide » et elle se colore à loisir. Moins chère que la FIMO, elle sèche à l’air libre et montre une sacré solidité. C’est donc avec intérêt que je me suis penchée sur un test comparatif : quels avantages ? quels inconvénients ? Pour tout vous dire, je suis partie de pâte toute faite, qu’on m’a envoyé emballée dans du plastique alimentaire : Bleu, rouge, jaune et vert comme couleur de base et hop, c’est parti !

Note importante : la pâte se conserve dans un emballage hermétique (bien ficelée dans du plastique alimentaire, pas de soucis) mais pas trop longtemps quand même. Je n’ai pas eu le temps de faire mes tests dès réception du colis et du coup, la pâte n’avait plus autant de souplesse. Je pense que cette remarque est importante car ça joue forcément sur les impressions que j’ai eu en manipulant cette matière : plus ferme et moins collante, un bon point mais aussi prête à sécher très vite à l’air … ce qui ne fut pas très pratique. Promis, je recommencerai mes tests avec de la « toute fraîche« . Reste que les canes réalisées avec doivent être utilisées rapidement, pas comme la fimo.
Alors, c’est parti pour faire une cane fleur : pas de blanc … bouh ! comment faire mes nuances ? Zou, un coup de peinture acrylique là dedans : nickel ! ça colle un peu au départ mais ça marche très bien. Comme la pâte est un peu ferme, elle passe sans soucis dans la machine à pâte sans avoir à la graisser : la pâte est élastique, s’étire très facilement et ne colle pas (ce qui ne serait peut-être pas le cas avec une pâte fraîche). J’empile un bleu foncé recouvert d’acrylique blanche avec une plaque de bleu plus clair et j’enroule tout ça :

.

J’en profite pour faire quelques perles dans les tons de bleu, la pâte se lisse très bien et ne marque pas : pas une empreinte digitale ! Ça c’est cool ! Ici, les perles sont brutes, les « bavouillis de peinture blanche » partiront avec un coup de ponçage, ne restera qu’une fine ligne blanche. Comme elle est ferme, la boule ne se déforme pas au contact du plan de travail (j’avais peur que la pâte colle au cure dent en bois en séchant …). Le perçage se fait super bien avec cette pâte ferme : aucune déformation de la boule ! Idée à conserver si je retente avec du « frais » : attendre que la pâte commence un peu à sécher avant de percer.

C’est parti pour faire une cane fleur. La pâte se mélange aussi bien que la fimo soft, je fais trois nuances de vert et compose mon motif, toujours avec l’aide de la machine à pâte. C’est parti pour la « réduction » … La pâte réagit différemment par rapport à la fimo, faudra s’entraîner un peu pour trouver le bon geste mais grosso-modo, on arrive à la même chose. C’est à la découpe que tout change : la pâte a la même fermeté mais se déforme beaucoup plus que la fimo quand on presse dessus avec la lame, même bien coupante. Le bon geste pour ne pas déformer le motif : comme si on sciait une branche, par petits à coups secs, allez / retour. Ça marche plutôt pas mal. Le motif est tout de même un peu plus déformé qu’avec la fimo mais les couleurs restent bien nettes à la réduction, elles ne se mélangent pas.

Essai de cane un peu plus complexe, histoire de voir si le motif résiste à une réduction maxi … C’est bon, ça tient la route. Je change alors de couleurs. Mais la pâte commence à sécher en surface : un des inconvénients d’avoir tardé à l’utiliser. Du coup, certaines de mes perles se sont fissurées en séchant, à la jonction de deux tranches de cane. Faudra boucher les trous avec les restes …

Voilà un autre motif, type cane géométrique : les détails sont bien. A la réduction, je trouve le orange un peu moins lumineux mais le motif est encore là. Pour les perles, l’avantage c’est que la cane ne se déforme pas quand on la roule dans les mains, le motif reste en place. L’inconvénient, c’est qu’il souffre à la découpe …

Voilà la première tentative. Va donc falloir que je re-teste avec de la pâte fraîche parce que ça doit changer pas mal de choses : plus facile à travailler, à malaxer, plus de précision sans doute et pas de fissures au séchage. L’inconvénient risque d’être une pâte plus collante (pour le passage dans la machine et pour la découpe des canes) mais pour le savoir, faudra réessayer.

Bref : c’est possible de faire des canes
mais le transparent n’existe pas …
C’est pas Cher.
Ça sèche à l’air.
Ça peut être aussi une super alternative pour des perles simples (comme mes bleues ou comme des perles au sel) et peut-être pour des « coeurs de perles en fimo » : j’ai fait des boules avec des restes, je vais essayer de les recouvrir et voir ce que ça donne à la cuisson.

J’attends que mes perles finissent de bien sécher avant de les poncer puis de les vernir. Je vous montrerai le résultat d’ici quelques jours.

Merci à Fabrice de chez Cléopatre et à Ma porcelaine froide.
Trouvez les produits ici : placedesloisirs
à+
Fi

Advertisements

10 Réponses to “Porcelaine froide : test”

  1. misspingu Says:

    superbes essais !Je n’ai pas encore essayé les canes en porcelaine froide, je m’en sers uniquement pour les modelages… Mais tes essais me donnent envie de tester !La porcelana n’adhère pas au plastique (on peut travailler sur un set de table), par contre elle colle au métal. Solution : enduire le métal avec de la crème nivea, ou de la maïzena. Mais ça ne marche pas à tout les coups : ma pa^te fraîche a collé aux rouleaux de ma machine à pâte, une horreur à nettoyer (et depuis, elle grince !!!). je ne retenterai plus jamais !Autre astuce pratique : la porcelana se lisse facilement avec un pinceau humide (je m’en sers pour effacer les soudures des éléments, comme le nez sur un visage). On peut combler les fissures avec de la pâte délayée, en lissant au pinceau)La porcelana peut aussi être texturée avec des tampons, comme la fimo, en appliquant ensuite de la nacre, de l’encre, etc.Quelques différences avec la fimo : – la porcelana se rétracte lors du séchage- la porcelana sèche rapidement à l’air et forme une « croûte ». Bien malaxer la pâte avant de l’utiliser pour la ramollir. Si la pa^te est un peu sèche, la malaxer avec un peu d’eau.- Les plaques fines de porcelana ont tendance à gondoler au séchage…- la pâte naturelle jaunit en séchant. Pour obtenir une pa^te blanche, rajouter une goutte de peinture blanche (huile, acrylique, gouache)- les couleurs foncent en séchant (sauf si on a mis du blanc)Désolée pour ce long commentaire, mon enthousiasme m’a emportée !

  2. claude Says:

    bravo Cristalline pour tes essais de cane complexe . Misspingu a pratiquement dit tout ce que j’aurais pu ajouter. Un détail supplémentaire : toute colle vinylique est utilisable… en France, Cleopatra s’est lancé dans le créneau pour commercialiser sa colle, eut égard à la mode du modelage… mais à l’étranger on utilise toutes sortes de colles vinyliques beaucoup plus économiques …(le fissurage vient d’un mauvais dosage des ingrédients ou de certaines mauvaises manip)et je ne parle même pas de la farine végétale vendue beaucoup plus chère (bon c’est ça le commerce dans les « loisirs créatifs » maintenant !…). D’autre part, pour moi l’intérêt de la pâte sans ajout de blanc est justement qu’une fois sèche elle ressemblance plus à la porcelaine…

  3. zabeth Says:

    merci j’en ai entendu parler pas mal de fois mais je m’y suis jamais penché à tester bises et merci pour ce tuto maison

  4. Rosy pour Histoires de boites à couture Says:

    super, vraiment, je n’ai toujours pas eu le courage d’essayer, mais là je crois que tu m’as convaincu, quand on voit ce que font, le brésilienne avec la porcelana, c’est vraiment superbe. Et là ton essai est vraiment génial. Bisous de moi.Signé Nathalie L.

  5. Anonymous Says:

    MERCI pour ces super tests… J’ai tout ce qu’il faut pour essayer : donc y’a plus qu’à…Je pensais m’en servir comme base : comme elle est plus solide : ça doit donner de bonnes bases pour les épingles à cheveux, fermoirs divers ou bracelets trop fragiles en fimo.. A suivre donc ! Françoise

  6. natasel Says:

    Génial, tu es plus douée que moi pour les canes, y a pas de doute !!! Miss pingu a dit à peu près tout, mais par rapport à la réflexion sur la colle, si à l’étranger on trouve de bonnes colles vinylliques, en france on a fait de nombreux essais, et y a pas photo, c’est cléocol la meilleure, tant pis si ça fait bisness. Pour ça j’ai un argument qui vaut ce qu’il vaut : si vous achetez de la colle bon marché (soit 2 ou 3 euros de moins au litre), et qu’après avoir modelé votre sujet vous vous apercevez qu’il fissure de tous les côtés, et que vous le jetez à la poubelle, c’est pas franchement une économie ! A vous de voir… Le projet de « ma porcelaine froide », c’est de vendre le mélange tout fait qu’il n’y aura plus qu’à cuire. Bon je file mettre un post sur mon blog avec un lien qui pointe par ici !A plus !

  7. Kitty Says:

    Tiens c’est rigolo ce truc! En tous cas je viens d’aller voir ce que fait natasel avec et je dois bien admettre qu’elle a un talent fou, ses petites figurines sont magiques! Peut être que cette pâte est plus adaptée au modelage de ce type qu’à la réalisation de canes justement ^^ merci pour cet article, j’aime bien découvrir de nouveaux matériaux!

  8. Maniguette Says:

    Cristalline, merci pour ces essais. J’ai parcouru le site de Natasel en long en large et en travers et une question me turlupine, quelle est la durée de vie de la porcelaine froide? Comment vieillit elle? Je ne suis pas sure de vouloir remplacer la fimo par cette pâte, elle me paraît plus adaptée au modelage qu’aux cannes et le fait qu’elle sèche si rapidement à l’air libre n’est pas fait pour moi. J’ai tendance à aller et venir quand je travaille et à laisser les choses le soir pour le lendemain, alors…Mais c’est un truc que j’essayerai pour moi, juste pour voir comment elle réagit.Merci encore de ces expériences partagées.Bises

  9. sophie Says:

    Oh et si on met de l'acrylique (pour faire une couleur de masse par exemple dans toute une boule de pate) attention ca active le durcissement, et la pate devient bien moins maleable….Bravo tres beau blog que tu as l'as en passant, tellement mon genre….Becs

  10. Anonymous Says:

    Bonjour,Je fais justement ma petite "cuisine" depuis trois semaines dans la recette de la porcelaine froide car en Belgique, on a pas facile à trouver de la cleocol. J'ai donc mis au point une recette avec une autre marque et j'ai trouvé le moyen de pallier au problème des fissures:Pour 100gr de colle, j'utilise 80gr de maïzena et 20 gr de farine de blé. La farine joue un petit rôle de "gonflant- remplissage" et empêche les fissures. Si la pâte est collante à l'usage, je l'assèche à la farine. Bon à savoir…Lélie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :