Archive for the ‘Tuto / techniques’ Category

Tuto fimo : Habiller des estampes !

octobre 1, 2011

Hello !

Et bien voici enfin les images du tuto !!!
C’était pas gagné !
J’apprends la patience, les copines … J’apprends la patience …
Mais ça m’éneeeeeeeeeerrrrve !!!!

Bon allez, place au tuto :

Pressez la rondelle de dégradé dans le creux de l’estampe. Avec la lame, enlevez le surplus de pâte. Dans une plaque épaisse de rose, taillez autant de cercles que nécessaire. Posez chaque pastille sur le dégradé et faites-les adhérer.

Abaissez légèrement les bordures et posez la dentelle sur la pâte.
Appuyez bien la dentelle sur le dessus et sur le pourtour des pastilles.

Pressez une dernière fois l’estampe sur le plan de travail,
face au dessus et enlevez délicatement la dentelle.
Faites cuire selon les recommandations du fabriquant.

Après refroidissement, passez l’encre lumière au pinceau sur la partie texturée et essuyez immédiatement avec le papier essuie-tout. Mettez une goutte de glue liquide dans le trou central et ajoutez le strass. Vos perles sont prêtes à être montées !

Comme d’hab’ la version à imprimer est disponible ICI.

Et les estampes « vierges » sont en vente ICI
plus que quelques pièces disponibles,
réassort bientôt !

@+
Fi

Ps : moi j’ai plus de net mais vous, vous avez le droit de laisser des com’s ;-)).
Enfin, si vous voulez …

Retrouvez mes créations sur :

Micro-Mesh, test !

juin 30, 2011

Hello !

Lors du stage de Donna Kato en avril 2010, Maniguette nous a fait une démonstration de ponçage avec les micro-mesh. Épatée par le résultat, j’ai pas pu résister à la tentation et à peine rentrée à la maison, j’ai acheté la boîte de kit à 43€ (arf ! chéri-chéri, ne lis pas ces lignes … pitié-pitié). Bien sûr, on peut trouver ces petites choses vendues à la pièce mais quand il s’agit de pâtouille, je ne fais pas les choses à moitié … Bref, je me suis retrouvée avec ma boîte et je m’en suis servie … une seule fois !

Mouaich

J’ai rangé la boîte …

Oui mais voilà, depuis quelques temps, on cause de ce fameux produit sur les forums et il n’en a pas fallu davantage pour que je ressorte le carton à 43€ histoire de faire un vrai test comparatif et ne pas me fier à mes vagues impressions d’il y a un an … C’est parti pour un crash-test :

Micro-Mesh contre papier abrasif à l’eau !

Description et prix (sans le port) :

Le kit Micro-mesh contient 6 (petites !) feuilles de 15 x 7,5 cm (grains 1500, 1800, 2400, 3600, 4000 et 6000). Il y a aussi un flacon de fluide anti-statique 60ml, deux tissus de polissage et un bloc en mousse. Les feuilles sont des Abrasifs en Carbure de Silicium sur du tissu ce qui les rend souples et indéchirables. Ces feuilles ont la réputation de s’user beaucoup moins vite que le papier basique ci-dessous (c’est ce qu’on dit ;-)). On les trouve aussi à la pièce à un peu moins de 4€ la feuille.

Feuilles de papier abrasif à l’eau (type carrossier) mesurent 23 x 28 cm, ce sont des grains d’Oxyde Alumine sur un support de papier Latex. Il résiste à l’eau mais c’est quand même fragile : si on le plie, à force, il s’abîme. Il peut aussi se déchirer (un plus si on n’en veut qu’un tout petit bout). Vendu en assortiment de grains ou en paquet de 50, ça fait un prix à la feuille d’environ 0.50€ (dans le meilleur des cas).

Utilisation :

Pour le test, j’ai poncé les pièces circulaires et plates qui tiennent dans ce verre d’eau (ça fait pas beaucoup de pièces en gros). Pour poncer je procède de la même manière pour les deux papiers : je place une vieille planche à découper en bois dans mon évier et elle se cale en oblique dans mon bac. Une fois le support mouillé, la feuille se colle toute seule sans rebiquer et on peut poncer tranquillement à plat sans que la feuille ne bouge (on peut même utiliser les deux mains, ça va deux fois plus vite 😉). Pour les deux essais, j’ai poncé sur papier mouillé avec une eau légèrement savonneuse (produit vaisselle).

Première surprise … Les deux feuilles avec les grains les plus gros (1500 et 1800) s’usent super vite (bien plus vite que leur équivalent en papier standard) ! Grosse déception pour le coup, la réputation s’effrite … C’est difficile à montrer en photo (surtout que j’ai pas pensé à prendre celle du 1500 « avant ») alors pour vous donner une p’tite idée, voici deux feuilles à contre jour : la 1800 est neuve et sur la 1500, les taches blanches correspondent aux zones usées où les grains abrasifs sont partis. Une fois nettoyé et sec, ça donne ça (cliquez sur les images pour voir en grand) :

Je tiens à préciser que la feuille était neuve au début du test et que les pièces poncées étaient déjà bien lissées avant la cuisson. Par contre, la bonne nouvelle, c’est que les grains plus fins ne se comportent pas de la même manière, ils restent dans un très bon état. Ceci dit, c’est celui qui « dégrossit » qui s’abîme plus vite, c’est logique, il faut donc voir à l’usage si les grains fins résistent aussi à long terme (mes feuilles « standard » supportent aussi très bien la première utilisation … mais bon, je ne pense pas que je vais me lancer dans un test de résistance dans le temps !). La réaction des gros grains sème quand même un peu le doute sur la réputation de résistance mais celles qui les utilisent fréquemment pourront sans doute donner leur avis dans les com’s sur cette question.

La seconde surprise, c’est que les grains ne correspondent pas ! Je croyais pourtant que du 2000, c’était du 2000 et ben en fait non … Ça dépend des produits ! C’est pas trop pour nous faciliter la tâche ça … En gros, on peut pas comparer sans trouver un tableau d’équivalence des grains quelque part. Sur la photo ci-dessus, on peut voir que le micro-mesh 2400 (à gauche) qui était, dans mon esprit, sensé être plus fin que le standard 2000 (à droite) est beaucoup plus grossier. Au toucher, la différence est flagrante, ça n’a rien à voir. Bon, bien « qu’un peu » suspicieuse, je me suis dit que c’était peut-être à cause de la composition de l’abrasif qui n’est pas la même et je suis quand même passée à la pratique comparative :

Bon, sur la photo ci-dessus, on voit une nuance de couleur
(légère, certes mais bien là) et la différence se voit aussi côté reflet :

Le standard 2000 est donc forcément plus lisse que le micro-mesh 2400 mais même si on poursuit au 4000, la différence est peu évidente au toucher : on peut juste la percevoir en passant la pièce sur le dessus de la lèvre (bizarre oui … mais plus fin que l’index ;-)))) et faut vraiment être attentif pour constater une nuance de rendu. Ça se voit à peine à la brillance et du coup, c’est à se demander si ça vaut vraiment le coup d’investir … Si vous êtes une adepte du vernis ou du rendu mat juste poncé, cet outil ne vous sera d’aucune utilité 😉 !

Jusqu’à cette étape, je ne vois donc pas vraiment l’intérêt des micro-mesh : c’est trèèèès cher, c’est trèèèès petit et les grains ne correspondent pas à mon papier standard (en plus, c’est même pas sûr que ça dure plus longtemps …). La dimension est pour moi un problème dans ma façon de poncer : comme je fais à peu près le même geste que la lavandière qui frottait son linge dans son bac autrefois, plus le geste est grand, plus ça va vite à poncer … Avec ces toutes petites feuilles, faut faire de tout petits gestes et ça ne colle pas avec mes habitudes.

Bon, continuons avec les grains plus fins :

Si ces feuilles peuvent aussi s’utiliser à sec, évitez … la poussière très fine ira directement dans votre nez … burk. Là où ça devient intéressant, c’est si on va bien au-delà du grain 3200 (équivalent du 2000 standard) : une fois la pièce séchée et à peine passée sur le chiffon, elle commence à briller. En lustrant, c’est vraiment très très brillant (photo avant lustrage).

En conclusion :

Les plus :
– la souplesse de la feuille micro-mesh qui fait qu’on peut la plier ou poncer des zones « accidentées » sans déchirer ni abimer la feuille.
– ça en fait un très bon outil pour des pièces non plates.
– l’efficacité et la quantité des grains très très fins (on ne trouve pas de grain plus fin que le 2500 en version standard alors que les micro-mesh vont jusqu’au grain 12 000)
– ces feuilles s’encrassent moins vite que le papier de carrossier (valable surtout pour les gros grains, cela est moins évident pour le 2000, surtout si on utilise une eau savonneuse).

Les moins :
– le prix
– la très petite taille des feuilles
– les gros grains qui « souffrent » vite
– le doute sur la résistance des feuilles à l’usage

Bilan :
Je pense que les micro-mesh sont complémentaires du papier abrasif de carrossier habituel mais elles ne sont ni moins bonnes, ni meilleures. C’est un produit différent pour des usages différents. La qualité du résultat vient du fait qu’on trouve des grains extrêmement fins, ce qui n’est pas le cas du papier de carrossier. En gros, utiliser le papier classique jusqu’au 2000 et finir avec des micro-mesh 6000 ou 8000, ça peut valoir le coup. Ça fait certes toute la différence si on est adepte des créations poncées-lustrées-nickel-pro mais ça reste un produit excessivement cher. On peut donc en avoir quelques feuilles pour se faire plaisir de temps en temps, pour poncer très finement une pièce particulière au relief accidenté, ou encore pour réaliser des oeuvres-d’art. Toutefois, pour un usage intensif, je ne vous les conseille pas, le papier de carrossier reste pour moi le meilleur rapport qualité-prix : vous aurez déjà d’excellents résultats en ponçant minutieusement jusqu’à un grain 2000.

Bien entendu, ce test n’engage que moi ;-)))

@+
Fi

"Petit Précis de Polymère", leçon 1

juillet 9, 2010
Hello !

Ce week end, je suis en stage !

Alors comme je pense à toutes celles qui n’auront pas la chance d’être avec nous ;-))) Voici un tuto-tout-nouveau-tout-beau pour pâtouiller tranquillou-bilou ce week end, à l’ombre de préférence ! Voici la première leçon du « Petit Précis de Polymère » disponible dès aujourd’hui en téléchargement.

.
Et cette fois-ci, il est en pdf
j’innove 😉
4 pages d’explications illustrées, en français,
pour réaliser ce collier à décliner dans toutes les couleurs !
.
A télécharger gratuitement sur la boutique
« Place des loisirs »

où vous trouverez également tout un tas de
petit matériel fort sympathique pour patouiller !

ou

A télécharger pour 1€ symbolique sur ma boutique :
www.creations-cristalline.fr

(ça, c’est pour les vrais fans qui veulent la mise en page « Cristalline » afin de se constituer un petit cahier avec les différentes pages du « Petit Précis de Polymère » qui fleuriront les mois qui viennent ;-)) … Histoire d’avoir une jolie mise en page bien homogène 😉 et même qu’il y a un schéma du montage en bonus ;-))).

Mais que demande le peuple ?

Amusez-vous bien !
@+
Fi

Edit : pour trouver les composants chez perles and co,
cliquez sur l’image du produit.

– Fireball 4861 10 mm Crystal CAL x1
(existe aussi en reflet AB)
Fireball 4861 10 mm Crystal  CAL x1

– Poire 4300 6×3,6 mm Aquamarine + serti
(existe en plein de couleurs,
doit pouvoir se trouver ailleurs sans le serti)

Poire 4300 6x3,6 mm Aquamarine + serti

– Coton ciré 1 mm Noir x5 m
Coton ciré 1 mm Noir x5 m

– Fermoir aimanté 16×6 mm doré x1
(actuellement en promo -30%)
Fermoir aimanté 16x6 mm doré x1

Accueil

Le tuto de base ;-)

mars 11, 2010

Hello !

C’est pas possible de faire des choses pareilles,
de ne rien respecter !

Promis, j’le f’rai plus …
J’le f’rai plus parce que ce n’est pas raisonnable
d’ouvrir les paquets de Fimo comme je le fais …

c’est pas raisonnable pour mes pauvres lames qui s’explosent de jour en jour sur ce plastique d’emballage qui me semble de plus en plus dur … Vraiment, je ne leur épargne rien … Alors à partir d’aujourd’hui, je vais faire les choses PRO-PRE-MENT !

Oh tiens, sur le coté d’un paquet de fimo, il y a un carré noir (là où il y a la grosse flèche, sur le côté on a dit ;-))) mais ça s’rait-y pas l’indication d’une ouverture facile ? Comme sur les boîtiers de CD tout neufs ? Mais c’est bien sûr ! Et quand on tire dessus, ça vient tout seul ! On décolle d’un coté, on décolle de l’autre et après ça …

ça s’ouvre comme par magie !

Oh tiens ? Et ce gros plastique carré, épais et transparent collé sur le code barre, il se décolle ! Mais c’est un autocollant ? Ça serait-y pas fait exprès pour faire une « fermeture facile » comme sur le paquet de pâtes (alimentaires les pâtes 😉 de mon placard ? Mais c’est bien sûr !
.
Et comme ça, mes paquets bien ouverts seront aussi bien refermés
;-)))))))))))

Sauf que quand j’ouvre un paquet,
il en reste rarement …

On dit que mars est le mois des fous …
faut que je fasse gaffe là quand même …

Sinon …
.
Tout nouveaux,
J’espère que vous les trouverez tout beaux 😉
et c’est bien sûr
In the boutique !

@+
Fi

Des idées pour marquer ses bijoux

novembre 17, 2009
Hello !

Pas mal de choses à faire en ce moment et je traîne pour remplir la boutique (difficile d’être partout en même temps ;-)).

Que vais-je donc vous montrer aujourd’hui alors si je n’ai pas de créa ???? Et bien tout est dans le titre 😉 : des p’tites idées pour aider celles qui cherchent une trouvaille pour marquer leurs bijoux en cette période de préparation de Noël (ou pas d’ailleurs !).

On commence par le plus « simple » :
le transfert

C’est la technique qui demande le moins d’investissement, surtout si on a une imprimante qui va bien à la maison ! Pour ma part, j’ai imprimé mon logo en nombre, posé la feuille avec l’encre contre la pâte blanche et j’ai attendu que ça travaille tout seul (30mn environ). Une fois le transfert réalisé, j’ai taillé les pampilles avec un petit emporte pièce en forme de goutte et j’ai cuit le tout sans rien bouger de la plaque de verre. Il ne me reste plus qu’à percer les pièces et à les fixer sur le bijou à l’aide d’un anneau. Attention, si votre « marque » contient du texte, pensez à inverser votre logo avec un logiciel de dessin avant de l’imprimer …

la seconde méthode :
le tampon

Tout le monde connaît mais on va en causer quand même ;-). On peut faire le tampon soi même, il existe plein de tutos un peu partout à ce sujet, ou le faire faire. Mon tout premier (la cigale cristalline) a été fait via Internet un jour de promotion où le tampon était gratuit, bon plan : c’est toujours d’actualité ! : Un tampon gratuit ici, chez Vistaprint C’est aussi là que j’ai fait faire mes cartes de visites (gratuites, toujours 😉

Puis, j’ai cherché une version plus petite où je pouvais insérer mon logo (chose qu’on peut déjà faire chez le concurrent du dessus) et je suis allée ici : http://www.tampon-online.com/ (merci lulured je crois me souvenir que cette adresse vient de toi ;-)). Le plus cher, c’est le port … alors suivant ce que vous souhaitez, mettez les deux sites en concurrence et choisissez la solution qui vous va le mieux. Pour des questions pratiques, je l’ai demandé non monté : ça permet de mieux tamponner les pièces en volume.

Comme c’est pas toujours pratique de tamponner ses perles car la forme ne le permet pas forcément, j’ai réalisé de petites tesselles-signatures que je peux ensuite accrocher où je veux. Il y en a des petites, des grandes, on peut les faire de toutes les couleurs et aussi les patiner à l’acrylique si ça nous dit !

.

Ci-dessous, les cartounettes de Vistaprint et un second tampon,
monté cette fois, pour appliquer sur du papier.

.
Troisième méthode :
le ruban

Solution très sympa mais plus coûteuse. De plus, je n’ai pas de lien à vous donner car là où j’ai fait faire ceux là, le gars m’a pris pour un jambon et j’ai pas du tout envie de lui faire de la pub … M’enfin, en cherchant bien, on doit pouvoir trouver ailleurs, et même en mieux !

Je suis actuellement sur un autre plan du même genre, je vous en dis plus dès que ça bouge 😉

Quatrième méthode :
la pampille gravée

La classe … C’est super joli, ça fait très pro et c’est très cher ;-)))
Si ça vous branche, j’ai fait faire les miennes ici.

Bien sûr, cette liste n’est pas exhaustive, mais voilà déjà de quoi faire.
J’espère que vous y trouverez une solution qui vous ira.
et je vous souhaite de belles créations (signées ;-))) !

à+
Fi

Coup de vieux …

octobre 1, 2009
Hello !
.
Ce soir, Mon p’tit dernier me dit :
« Maman, y a une voiture du moyen âge garée devant la maison » …
Curieuse, je vais voir,

c’était une deux chevaux …

La déprime me guète …
.
Bon, c’est pas tout ça mais au départ, je voulais vous causer de la fameuse technique de réduction des cannes à la play-doh. Cette idée est d’Idit Zoota , ça je l’ai dit hier 😉 et il existe une version en anglais … Mais point en français ! Alors après avoir un peu galéré, j’ai enfin réussi à contacter notre artiste qui m’a donné son accord pour vous faire une tite version française de la technique. Pour tout avouer, les photos datent un peu (avais-je déjà une idée derrière la tête ? ;-))
.

.

1 : Une fois que la fleur est composée, passez de la play-doh à la machine à pâte (vérifiez que vous n’êtes pas allergiques aux composants !) et faites en une bande fine mais assez longue pour faire le tour de la fleur.

2 : Complétez les espaces entre les pétales avec des restes de pâte inutilisée et finissez le tour comme lorsque vous faites votre canne fleur habituelle.

3 : Réduisez votre canne. La sensation est assez étrange, la pâte donne l’impression de glisser à l’intérieur, sous la play-doh. Allez y en douceur ;-))

4 : Une fois la canne réduite, pelez la pâte grise : grâce à la play-doh, elle n’a pas adhéré et cette étape se fait très facilement.

5 : Laissez tremper vos cannes dans de l’eau tiède pour dissoudre les restes de play-doh et finissez en brossant très doucement avec une brosse souple si besoin est (une canne qui trempe longtemps n’aura pas besoin de brossage).

Conclusion : une méthode très facile à utiliser pour avoir des cannes sans contour. Méfiance avec certaines marques de pâte comme la Fimo qui réagissent bizarrement à l’eau suivant les couleurs ! Certains pains de noir (les gros) se diluent dans l’eau (si si !!!) et d’autre couleurs deviennent un peu cassantes en séchant si on trempe trop longtemps. Le tout est de trouver le juste milieu 😉

Avec ça et l’astuce d’hier, vous allez vous amuser tout le week end ;-))

à+
Fi

Astuce : trancher sans déformer

septembre 30, 2009
Hello !
.

Voici une petite astuce pour tailler des tranches de canne tout en limitant leur déformation : récupérez des restes de pâte, faites en un boudin large et recouvrez le d’un film plastique alimentaire. Avec un outil cylindrique du même diamètre que la canne que vous souhaitez trancher, marquez l’emplacement en appuyant fermement. Remplacez l’outil par la canne et coupez les tranches avec une bonne lame, en allant jusqu’au support.

.

Si vous réalisez vos fleurs en utilisant la méthode « à la play-doh » d’Idit Zoota (en deux mots et en français ICI), ou si vous assemblez les pétales de vos fleurs après réduction sans combler le tour, vous avez certainement été confronté au problème de l’écrasement … sans doute avez-vous déjà trouvé une solution 😉 Voici la mienne : procédez comme ci-dessus en pinçant la pâte grise afin de créer une arrête et placez le film plastique :

.
Posez la fleur par dessus en calant l’arrête entre deux pétales
puis tranchez en allant jusqu’au support.

Et voilà !

à+
Fi

Tuto résine

septembre 5, 2009
Hello !
.

Je sais, il en existe déjà des tutos sur la résine … Mais comme on continue de me le demander (assez souvent … et fort gentiment ;-)) et que j’avais mon apn sous la main, je me suis dit que c’était l’occasion rêvée de vous faire un petit pas à pas sur la question :

Comment résiner des pièces plates en Fimo ?
.

D’abord, on ponce ses plaques au grain 600 : si la pièce n’est pas parfaitement plane, la résine ne le sera pas non plus et des parties de Fimo risquent de se retrouver « à découvert ».

Puis on prépare son plan de travail et on vérifie que lui aussi est bien plat … Sinon, la résine, elle va partir se promener là où c’est pas prévu … Et ça c’est ennuyeux …

La tablette sur laquelle je travaille n’est pas totalement plane alors je la recouvre d’une plaque de verre, elle même recouverte avec une feuille de cellophane (film de fleuriste). Comme ça, en cas de coulure de résine, la pièce de fimo ne restera pas collée au support … elle se défera du plastique très facilement.

Pour éviter que la feuille de cellophane ne bouge ou ne « rebique », je la scotche à la table. Nan mais.

Ensuite, on prépare le matériel :

– les deux composants de résine (produit A + produit B)
J’utilise la résine crystal de Gédéo
(je sais, ça fait mille fois que je le dis mais on continue de me poser la question ;-))) au moins, cette fois-ci, c’est dit ! encore !)
– une cuillère graduée (genre pour les médocs)
la gédéo en boîte est livrée avec des dosettes très pratiques
(j’aurais pas dû les jeter …)
– un godet en plastique jetable (que je récupère ;-)))
– une cuillère réservée à cet usage
– des gants
– des « cure-dents »
– du papier absorbant pour les bavures
– les pièces en fimo ;-))

.

Là, on attaque. D’abord, on s’attache les cheveux et on évite à tout prix de se remettre la mèche ou de se gratter le nez en cours de route … Si vous avez un résidu de liquide sur le gant, ça peut irriter fortement la peau. Attention donc aux gestes « réflexes ».

On met les gants et on commence avec le produit B : on en verse une dose dans le godet (ici 5 ml). Une fois égouttée, on essuie la cuillère avec un papier absorbant et on le jette à la poubelle.

.

.
On procède de la même manière avec le produit A
et on double la dose (donc 10 ml).
.

.
On touille le tout, sans s’énerver pour ne pas créer de bulles : un geste régulier afin de bien mélanger les deux composants, c’est pour ça qu’un godet avec le fond un peu arrondi, c’est pas mal.

.
Avec la cuillère, mettre un peu de résine au centre de la pièce …
.

et la tirer doucement vers les bords avec la cuillère ou un cure-dent. Une fois la pièce entièrement recouverte, rajouter de la résine au centre, au goutte à goutte, sans avoir la main trop lourde pour éviter tout débordement 😉 La résine se répartit d’elle même uniformément.

Si vous voyez une bulle, percez la avec le cure-dent ou bien « tirez la » vers le bord.

Protégez les pièces résinées afin d’éviter les poussières et autres insectes. Évitez aussi de résiner le soir à la lumière artificielle : vous récupéreriez alors tous les trucs volants de la maison !

Voilà !

Y a plus qu’à attendre 24 h
Oui, c’est long …
C’est long, mais c’est beau 😉

à+
Fi

Édit : précision très utile d’Angélique B (encore merci ;-)) :

« Après avoir testé la résine il m’en restait un peu dans mon « godet ». Du coup mon mari, spécialiste des plastiques et autres polymères, m’a dit de la mettre au congélateur pour la conserver, ce que j’ai fait. Donc si il vous en reste, emballez la bien et mettez la au congel, elle devient blanchâtre, sortez là quelques minutes et elle est de nouveau prête à être utilisée ! »

et une astuce de Kégénie (merci aussi ;-))) :

« Concernant la résine j’en ai deux :- j’utilise une seringue (sans aiguille) pour doser de petites quantités de résine,- je nettoie mon matériel avec de l’alcool (soit acheté en pharmacie – mais c’est cher – soit de l’alcool ménager acheté en grande surface), ainsi je peux réutiliser ma seringue plusieurs fois.Voilà ma petite contribution pour la résine 🙂 »

Non mais !

juin 29, 2009

Hello !

Oh la belle texture ! Ah ça oui, elle est belle, mais elle ne se laisse pas facilement dompter ! Samedi, madame ne voulait pas marquer la pâte au centre … autant vous dire qu’une jolie texture seulement sur les bords, ça le fait pas ! Pourtant, la dernière fois que j’ai utilisé des grosses plaques comme ça, je n’avais eu aucun problème !!! Et c’est là que je me suis dit que j’avais vraiment dû oublier mon cerveau (voir billet d’hier) car le « truc » m’est revenu bien après … Comment ai-je fait pour oublier cette maxime bien connue ? (et à prendre au pied de la lettre) :

Quand problème tu rencontreras,
Dans l’autre sens tu le prendras …

Et voui … Dans l’autre sens ! Sur texture bien talquée regardant vers le ciel, poser la plaque de pâte, puis un cellophane et pressouiller gentiment avec les doigts (sans faire de trou !!!) finir au rouleau, mais pas trop. Le gros avantage, c’est qu’on peut faire la curieuse en retroussant le coin et regarder que tout se passe bien … Si ça cloche, ça se remet nickel-chrome dans le motif, ni vu ni connu (ce qui, au passage, évite la prise de tête du face à face dont les copinettes ont été témoin samedi ;-)))

Oh qu’elle est belle la texture !

Oui, on la garderait bien juste comme ça … Mais là, c’était pas le but 😉 Je suis repartie dans un HM pas noir dans des couleurs un poil différentes ce celui d’hier, plus d’écru et de cuivre, moins de rouge et de cognac … je lève « mon vert » à ma mamounette qui fête aujourd’hui son « joyeux anniversaire » ;-)) Pleins de bisous Mam’ !

.

.

Et on ne dit pas « et gna-gna-gna où k’c’est qu’on va trouver une belle texture comme ça ??? » et on va direct là : Chez Passfrontières si on a pas déjà craqué 😉 et je vous conseille de surveiller car la petite souris m’a dit que les grandes plaques pointeront le bout de leur nez un jour (très) prochain.

à+
Sof

Édit : la liste de matériel pour les bijoux du livre vient d’être complétée avec la clé de la page 84, les intercalaires à deux fils de la page 122, les encres lumière, le tampon bois lézard de la page 80 et on y retrouve même mon livre ;-))) . Tant que vous y êtes, allez traîner du côté de la rubrique outil pour pâte polymère, ils ont reçu plein de trucs sympas.

Tutoriels Fimo : les techniques

mars 4, 2006

– Tuto techniques

Tutoriel vidéo pour réduire une canne en Fimo
Tutoriel Fimo pour appliquer des motifs
Tutoriel vidéo technique pour mettre le vernis
Tutoriel pour faire des perles en Fimo légères (cœur en aluminium)
Tutoriel vidéo pour faire des perles coussin
Tutoriel vidéo pour faire des pampilles en Fimo
Tutoriel perles en Fimo à l’encre et mousse à raser
Tutoriel outil clay gun pour faire les tubes
Tutoriel présentoir à collier en feutrine